Animer un atelier

De Wikicyb
Aller à : navigation, rechercher

Les temps de l'animation

  • L'installation, l'introduction, les objectifs, le déroulement de la séance.
  • Alternance théorie/pratique pendant toute la séance: on explique, on fait
  • Pas de prise de note en cours de séance
  • On arrête 10 minutes avant la fin de l'heure pour rappeler les objectifs: sont-ils atteints?
  • On synthétise les choses importantes, on les note, on prend les ressentis des participants, on donne des petits devoirs, des liens à visiter

Exemples d'animations

Le défi (exemple: réalisation bureautique)

Le contenu de l'atelier repose sur un modèle à réaliser: un tableau, une affiche, un courrier.

On commencera par demander comment les usagers feraient seuls à la maison, on analyse les réponses, on les expérimente, et puis on démontre sa propre solution.

On découpera la réalisation en plusieurs petits défis:

  • “comment faites-vous pour aligner le texte à droite?”
  • “et maintenant comment on insère une image?”
  • etc.

Le partage et la découverte des “solutions alternatives” même si elles sont moins bonnes que la vôtre favorise les échanges, la prise de confiance en soi, recentre les usagers dans une pratique à la maison.

On peut aussi décliner cet atelier sur une question, une mise en situation: Je suis fleuriste, je veux faire un devis pour un client, comment je fais? On ouvre sur la proposition de logiciels à utiliser, sur la structuration du document.

Le projet de groupe (exemple: vidéo, site web)

L'animation en projet nécessite du temps et de la motivation.

En revanche, l'intérêt majeur est de faire passer les participants par plein d'étapes jusqu'à l'objet final.

Exemple, un court-métrage:

  • écriture du scenario et des dialogues
  • préparation des costumes (des masques à dessiner et imprimer)
  • prise de vue
  • montage vidéo
  • envoi de la vidéo sur youtube, gravure sur DVD
  • réalisation des affiches de promotion

Le débat/découverte (exemple: Wikipédia)

Un sujet plus théorique et ouvrant sur une discussion s'animera différemment.

On commence par prévenir les participants que le contenu de l'atelier sera plutôt oral que pratique.

On s'aidera du projecteur pour montrer, on laissera les usagers bidouiller et explorer sur leurs postes.

Pour ne pas perdre le fil de la discussion, essayez de traiter ce qui se dit pour répondre au qui, quoi, ou, comment, pourquoi.

On laissera une grande place à leurs questions personnelles, puisqu'on est dans la compréhension. Si ça part trop hors-sujet, recentrez.

La manipulation pratique (exemple: dépoussiérer le PC)

Dans cet atelier, il faut du temps pour manipuler et prendre confiance dans sa pratique.

Théorisez au minimum, surtout pour structurer le déroulement de la séance:

  • on prépare ses outils
  • on va enlever la boite
  • on passe un coup d'aspirateur/soufflette
  • etc.

Écueils / dangers

attention aux chronophages

Essayez de repérer les situations qui risquent de vous faire perdre le fil: les participants posent trop de questions personnelles, ne suivent pas et on besoin de quelqu'un pour avancer, etc… Comme il faut garder les objectifs de la séance en tête, essayez de recentrer le sujet de l'atelier.

Reportez les questions ou problèmes personnels:

  • “on verra ça ensemble après l'atelier”
  • “vous demanderez à Allison quand vous la verrez”
  • “on traitera ça plus en détail dans un autre atelier, on pourra le programmer le mois prochain”
s'enfermer dans son cours

Ne soyez pas obnubilé non plus par le scénario de l'atelier! Certains groupes ne peuvent pas tout voir, ou traiterons le sujet différemment en le rattachant à leurs expériences personnelles.

Trouvez le juste équilibre entre le hors sujet et le trop-collé-au-cours.

C'est là que prend toute l'importance de la première partie de l'atelier: expliquer les objectifs, faire un tour de table des attentes pour désamorcer dès le départ les déceptions ("c'est pas ce que je croyais"), et remanier éventuellement le contenu pour faire avec les imprévus.

Un groupe peu réceptif

Remontez les problèmes liés à la construction du groupe, pour qu'on déplace les usagers mal repartis:

  • trop de différence de niveau
  • des problèmes d'affinités
  • des envies différentes
  • les usagers sont trop passifs

Autres conseils

  • ne monopolisez pas la parole, le crayon du tableau, le projecteur: favorisez la prise de parole par les participants, invitez un usager au tableau ou au projecteur pour montrer aux autres, sans les intimider pour autant.
  • ne prenez pas la souris des mains au possible: laissez-les expérimenter, faire des bêtises! Utilisez le projecteur pour faire une démonstration, laissez-les bidouiller sur leur poste.
  • privilégiez la pratique mais donnez toujours du sens: l'adulte aime comprendre ce qu'il fait.
  • vérifiez que tout le monde suit, dans le cas contraire, n'hésitez pas à sacrifier une partie de l'atelier pour retravailler les choses essentielles.
  • Rassurer: on ne peut pas tout retenir, on retient ce qu'on met en pratique dans son quotidien. Pour éviter les “j'en ai plein la tête”, bien prendre le temps de la conclusion pour synthétiser les choses importantes.
  • Encore rassurer: l'important c'est moins de retenir des pratiques que de prendre confiance en soi. Le véritable objectif des ateliers c'est de devenir autonome, pas de tout savoir par cœur.

a retenir

  • préparer l'animation, c'est structurer le déroulement de la séance: Ne focalisez pas sur le contenu et le savoir que vous pourriez apporter, mais plutôt sur les étapes de l'atelier. Si tout se passe bien, le contenu se découvre “tout seul” par le groupe.
  • essayez de garder en tête une structure simple:
    • introduction: j'annonce les objectifs de la séance, j'explique globalement les grandes étapes de l'atelier (s'aider de la fiche sur le wiki qui présente les objectifs des ateliers)
    • contenu: j'alterne la théorie et la pratique, j'incite les usagers à découvrir par eux même et ensuite j'explique
    • conclusion: je reprend les objectifs du début, j'aide les usagers à noter les choses importantes, je donne des “devoirs”
    • remonter les difficultés dès qu'elles se présentent: on adaptera le type d'animation en conséquence.

Trucs et astuces

Pour fermer la conversation avec un “bavard”:

  • répondre par une affirmation qui délègue à plus tard (“on verra ça une prochaine fois”)
  • poser une question “fermée”: l'usager répond par oui ou non
  • couper la parole avec le sourire :op
  • recentrer la conversation vers le sujet de l'atelier