Contrôle parental

De Wikicyb
Aller à : navigation, rechercher

Comment accompagner l'enfant pour qu'il utilise l'ordinateur au mieux?

Il y a quelques règles de base à respecter d'emblée.

  • un logiciel de filtrage ne dispense pas de l'accompagnement du parent: vous devez apprendre à votre enfant comment utiliser efficacement Internet, ce n'est pas le logiciel qui le fera.
  • l'enfant doit adhérer à la solution de filtrage: si vous lui imposez un logiciel de contrôle et que lui n'en veut pas, il saura bien assez vite comment le désactiver dans votre dos. Il faut lui faire comprendre que le logiciel est là pour le protéger, pas pour le brider.
  • la solution doit s'adapter à l'enfant, selon son âge, selon son utilisation, et en concertation avec lui.
  • l'enfant doit savoir, progressivement, ce qui l'attend et s'y préparer: il tombera forcément un jour ou l'autre sur un “hic”. Vous devez anticiper ce moment pour qu'il se tourne vers vous le moment venu, qu'il en parle, qu'il ne culpabilise pas.
  • Ne soyez pas technophobe: empêcher l'enfant d'utiliser cet outil, c'est comme l'empêcher d'apprendre à conduire parce qu'il y a un risque qu'il se tue sur la route. L'être humain à une capacité d'adaptation, d'assimilation et d'apprentissage formidable. Alors, faites confiance à votre enfant, et il vous le rendra :o)
  • Ne soyez pas négligent: l'enfant aura tendance à ne pas vous solliciter pour l'accompagner. Ne le laissez pas découvrir cet outil tout seul. Restez vigilant, intéressez vous à ce qu'il fait, discutez, montrez l'exemple. Finalement, Internet n'est qu'un thème de plus dans votre travail de parent. Mais au final, votre rôle est le même.

Cette fiche reprend les recommandations de:

Les outils

Un navigateur bridé

C'est l'outil idéal pour les tout-petits. Il s'agit d'utiliser un navigateur qui pré-sélectionne des sites adaptés à l'âge de l'enfant.

En effet, jusqu'à 7-8 ans, l'enfant est demandeur de nouvelles activités mais il se laisse volontiers suggérer des contenus.

Quand l'âge de faire des recherches précises sur un sujet arrive, cet outil n'a plus lieu d'être.

Exemples:

  • ZacBrowser navigateur gratuit développé à l'origine pour un enfant autiste, il convient parfaitement aux tout-petits. (www.zacbrowser.com)
  • Les extensions pour navigateur: Kidzui, Glubble… sont pour l'instant malheureusement en anglais, et la sélection des sites aussi!

Un bureau pour eux

Créez une session pour l'enfant, avec des droits «utilisateur» dans le panneau de configuration. Protégez votre propre session avec un mot de passe.

Préparez son navigateur:

  • Pensez, pour l'enfant et vous même, à installer des extensions dans Firefox pour bloquer les pubs (AbBlockPlus) et pour repérer les mauvais sites dans une recherche Google (Wot)
  • Préparez des favoris vers des sites adaptés: le moteur de recherche Babygo.fr, le portail de vidéos kids.dailymotion.com, le site fr.boowakwala.com

Un logiciel de filtrage

  • K9 Web Browser: gratuit, en anglais, très efficace et fonctionne sur tous les navigateurs.
  • Les logiciels des Fournisseurs d'Accès: Free, Alice, … un comparatif et des tutoriels sont disponibles sur le site de l'association www.e-enfance.org

Pensez à faire le réglage en accord avec l'enfant. Arrivé à l'adolescence, il souhaitera moins de bridage, ce qui est compréhensible.

Habituez-le donc très tôt à ce programme.

On n'installe pas un contrôle parental quand son enfant à 13 ans et qu'on se rend compte qu'il n'est pas prudent sur le net!

Une "charte"

Cette “charte” est en fait un accord entre l'enfant et les parents. Il s'agit de définir des règles toutes simples comme on le fait pour les autres moments de la vie (“tu te laves les mains avant d'aller à table”, “tu rentres à la maison à 19h au plus tard”, etc.)

Ces règles varient bien entendu selon la maturité de l'enfant.

  • les horaires d'utilisation de l'ordinateur: après avoir fait les devoirs, pendant une heure, par exemple. Attention notamment aux jeux en ligne, qui peuvent fortement aggraver une dé-socialisation.
  • L'emplacement: il est très important que l'ordinateur soit dans une pièce de vie et non pas dans une chambre. L'activité informatique est plus saine si elle est partagée entre tous les membres de la famille. Cela facilite l'échange, le partage, la confiance.
  • La gestion des contacts: on ne fait pas confiance aux inconnus, surtout sur Internet. Si votre enfant se fait un ami virtuel, suivez les échanges de prêt. S'ils veulent un jour se rencontrer, l'enfant ne doit jamais y aller seul.
  • La divulgation des données: l'enfant ne doit jamais donner d'informations personnelles à quelqu'un qu'il ne connait pas. Il suffit de dire “je m'appelle Gaetan j'ai 8 ans et je vais à l'école à Saint-Senoux” pour l'identifier!
  • Le contrôle des données: on se méfie des copains, de ce qu'ils racontent, des photos, des rumeurs, qu'ils font circuler.
  • Je fais attention à ce que je dis… et ce n'est pas parce que les autres font quelque chose que je dois aussi le faire.
  • Si quelque chose me choque ou me gène, j’éteins, et j'en parle.

Votre rôle

Le préparer à ce qui l'attend

ça ne sert à rien d'entretenir l'image d'un Internet «bisounours» ou au contraire, sanglant. Expliquez à l'enfant, selon son âge, qu'Internet c'est comme dans la vraie vie, il y a des choses géniales, et d'autres, effrayantes.

Il doit comprendre:

  • qu'il y a des sites qui ne sont pas adaptés à son âge
  • qu'il y a des sites que même vous, n'avez pas envie de voir
  • qu'Internet est une zone publique et qu'on n'y dit pas ce qu'on veut
  • que s'il a un problème, il peut compter sur vous
  • qu'il est une proie facile pour les pirates et virus, ou les personnages tordus, et qu'il doit donc être méfiant en toute circonstance.

L'aider à prendre du recul face à l'information

Internet nous oblige, face à la masse d'information, à être rigoureux dans le choix de ce qu'on y trouve. Comprenez et expliquez qu'Internet n'est pas structuré sur un mode pyramidal et hiérarchique: toutes les données ont la même importance et sont traités au même niveau, du point de vue technique. C'est le principe de la neutralité du Net.

C'est donc à vous de «faire le tri».

  • On ne s'arrête pas au premier site de la recherche bêtement: c'est quoi ce site? Qui s'en occupe? Cette personne est-elle fiable?
  • Ce n'est pas parce qu'on reçoit un e-mail de quelqu'un qu'on connaît que c'est fiable. Les chaînes par e-mail sont l'équivalent électronique de la légende urbaine: elle n'a pas de source, elle se renouvelle, elle n'a pas de fin, elle est tout sauf fiable.
  • On cite ses sources et on ne fait ni généralité, ni amalgame: on ne dit pas «j'ai vu sur Internet que les fraises c'est mauvais pour le teint», on dit «j'ai lu sur tel blog quelqu'un qui disait que les fraises n'étaient pas bonnes pour son teint».

Pour apprendre à votre enfant à être libre, combattez la paresse intellectuelle, les raccourcis, les généralités, les propos biaisés, les mouvements panurgiques.

Et cultivez sa curiosité. C'est vrai pour Internet comme pour le reste, n'est-ce pas?

Le sensibiliser à son identité numérique et sa réputation électronique

Internet est une zone publique. Nous avons pourtant tendance à nous croire protégé derrière notre écran.

L'enfant doit apprendre ce qu'est une donnée personnelle: un nom, un prénom, une ville, une adresse e-mail, postale, un téléphone. Ces données sont précieuses, il doit les utiliser parcimonieusement.

Il doit apprendre a se créer un «moi» électronique: un pseudo, un profil selon son usage.

  • un pseudo et un e-mail privé pour ses amis et sa famille, avec la possibilité de donner de vraies informations. Ce niveau doit être conservé comme un journal secret.
  • un pseudo et un e-mail ludique et public et anonyme au possible: pour commenter des forums, des blogs… Ce profil est particulièrement exposé, on ne doit pas identifier l'enfant.
  • Plus tard, un pseudo public et professionnel: c'est à lui d'anticiper ce qui se dit sur lui, l'image qu'il veut trouver de lui sur Internet.

A lui de créer son portfolio en ligne, de participer intelligemment à des forums, des blogs, qui le mettront en valeur. Quand on tapera son nom sur Internet, rien ne sera laissé au hasard.

C'est ce qu'on appelle «travailler son identité numérique».

C'est pourquoi il ne faut pas l'empêcher d'aller sur MSN, Facebook, ou autre «passoire à confidentialité».

En revanche, il faut lui apprendre à utiliser le bon profil pour qu'il contrôle au maximum ce qui se dit de lui.

J'ai un problème !

  • Si vous avez un problème au sujet de la confidentialité (Facebook, etc…), la CNIL est l'organisme compétent pour exercer vos droits. www.cnil.fr
  • L'association e-enfance propose des conseils, des articles, des liens, sur le contrôle parental et la sécurité des mineurs : www.e-enfance.org
  • Si vous voulez signaler un site illicite ou un comportement suspect : www.internet-signalement.gouv.fr

C'est toujours la même chose...

Pour ce qui est des "dangers" et "risques", Internet n'a rien inventé. Ce n'est qu'un outil supplémentaire pour des comportements humains qui sont (et restent) des problèmes de société:

  • Bullying - le harcèlement scolaire, et sa version "en ligne"(cyber-harcèlement): Le problème est antérieur à Internet, empêcher son enfant d'aller sur Facebook ne l'empêchera pas de se faire frapper dans la cour de récréation!
  • La Cyberdépendance, est un terme-épouvantail (et très médiatique!) derrière lequel on pourra distinguer des pathologies (Hikikomori chez les japonais, no-life pour les occidentaux) qui ne sont qu'une nouvelle forme d'exclusion sociale. Voir aussi http://www.psyetgeek.com/cyberdpendance-et-autres-croquemitaines-2
  • Pour ce qui est des "mauvaises rencontres", là aussi, Internet n'est qu'un outil supplémentaire pour atteindre une proie. Il faut prévenir, éduquer, responsabiliser.