Close

Prise en main de Gimp

La boîte à outils dans GIMP

Afficher la boîte à outils si nécessaire: Fenêtre → Fenêtres ancrables → Outils

Chaque outil possède des options qui s’affichent en bas de la boîte.

Notez aussi l’outil “Couleurs” qui permet de choisir les couleurs de premier plan et d’arrière plan qui seront utilisée pour certains outils (le texte, le remplissage, le pinceau…).

Le premier outil à connaître est celui qui déplace . Il nous sera toujours utile pour bouger une sélection ou un calque.

Les outils de sélection

La sélection s’utilisera dans plusieurs cas de figure : on sélectionne une zone pour la recolorer, la supprimer, la copier, la déplacer…

Bien entendu, selon l’image sur laquelle vous travailler et la zone à sélectionner, vous n’utiliserez pas les mêmes outils.

Sélection en rond ou en rectangle

Il s’agit de dessiner un cadre rond ou carré autour du sujet de votre choix.

On peut l’utiliser par exemple pour rogner une image : on sélectionne en carré un sujet, puis on va dans Image → Ajuster le canevas à la sélection

Le rond peut servir à faire un médaillon : on sélectionne un visage avec le rond, puis on va dans Édition → Copier, et enfin dans Édition → Coller comme nouvelle image

Sélections contiguë et par couleur

Il sera parfois utile de sélectionner une zone par couleur: par exemple, vous voulez enlever le fond blanc d’une illustration.

Deux outils sont possibles : la sélection contiguë ou par couleur .

Dans cet exemple, je clique avec la sélection contiguë sur le fond blanc : tout le fond blanc est sélectionné

Et là, je clique avec la sélection par couleur sur le fond blanc : tout le fond blanc est sélectionné, mais aussi le rond blanc à l’intérieur du rond gris.

Donc, la sélection contiguë sélectionne une couleur d’un tenant, la sélection par couleur sélectionne toutes les zones de la même couleur, même si elle ne sont pas attachées.

Selon l’image sur laquelle on travail, il faudra régler le “seuil”, c’est à dire les différents niveau de teinte que la sélection doit prendre en compte. Par exemple, si je clique sur un pixel blanc et que mon seuil est à zéro, la sélection prendra uniquement les pixels blancs.

Si j’augmente un peu le seuil (15 ou 30), la sélection prendra les blancs, les blancs cassés, les gris très clairs…

Si j’augmente beaucoup le seuil, la sélection prendra des teintes qui peuvent être très éloignées du pixel de départ: je clique sur un blanc mais il prend jusqu’au jaune, voir orange…

Le Lasso

Le lasso est très utile pour détourer une silhouette. On peut l’utiliser à main levée (c’est-à-dire, en restant appuyé et en détourant), ou point par point (on clique par étape comme dans un dessin de points à relier).

Pour fermer la sélection, il faut faire le dernier point sur le point de départ de la silhouette.

Techniques de sélection avancées

La technique du masque permet un résultat très propre si vous vous en donnez la peine; c’est très utile si le sujet à détourer est compliqué (Par exemple des mèches de cheveux) : le masque rapide

Enfin, jetez un coup d’œil sur les options des outils de sélection que nous venons de voir. On peut activer l’ajout ou la suppression de zone de sélection avec ces boutons :

Par exemple, je viens de sélectionner une silhouette, et je voudrais à ajouter à ma sélection un autre objet. Je peux cliquer sur le second bouton, ou appuyer sur Maj.

autres outils de sélection

Les outils de transformation

Les outils de transformation ouvrent une boîte avec des réglages. On peut utiliser la souris pour transformer directement l’image ou en remplissant les paramètres de la boîte des options.

Rotation

L’outil Rotation  permet de tourner une sélection ou un calque. Cliquez sur l’image à pivoter, puis faites un mouvement comme si vous tourniez un volant, puis cliquez sur le bouton “Rotation” de la fenêtre des options.

redimensionnement

Cet outil  permet de diminuer ou agrandir un calque ou une sélection.

Cliquez sur l’image avec l’outil redimensionner, des poignées apparaissent. Vous pouvez saisir ces poignées pour donner une nouvelle taille à l’image.

Notez que l’image de départ reste visible tant que l’ont n’a pas validé le redimensionnement par le bouton “Échelle” de la boîte d’options.

retournement et déformation

  • L’outil retournement “miroir” permet d’inverser un calque verticalement ou horizontalement.

les outils cisaillement et perspective  permettent de déformer l’image en tirant sur les coins.

Les outils de peinture et d’étalement

  • pinceau, crayon, Aérographe, calligraphie : permet de tracer des lignes de couleurs avec des formes de pinceaux (boîte à pinceaux)
  • dégradé, remplissage : permet de remplir une zone sélectionnée avec une couleur unie (pot de peinture/remplissage) ou un dégradé avec les couleurs de premier plan et arrière plan.
  • barbouillage, flou et netteté: outils d’étalement des pixels
  • outils clonage et outil correcteur: définir la zone à reproduire (ctrl+clic) puis cliquer sur la zone à corriger
  • la gomme pour effacer des pixels (si le calque n’a pas de canal alpha, la couleur apparaissant en dessous le passage de la gomme est celle définie en arrière plan)

Autres outils

  • outil eclaircir/assombrir
  • texte
  • loupe
  • chemins
  • pipette
  • mesures
  • alignement

Les effets de base

  • le travail des couleurs: menu couleurs → luminosité/contraste – teinte…
  • l’ajout de “filtres”: on déforme les pixels selon un thème
  • on ajoute du “bruit” ou du “flou”
  • on donne un effet “crayon à papier” ou “peinture”…

Les calques dans GIMP

C’est quoi un calque ?

Comprenez la notion de calque comme une “couche”.

Quand on ouvre une image dans Gimp, le calque principal est appelé “arrière plan”.

On peut ajouter des calques vides par dessus cet arrière plan (pour écrire, dessiner…).

On peut aussi ajouter des calques d’images.

Dans cet exemple, on a crée un calque blanc par dessus l’arrière plan. Avec l’outil gomme, on a effacé une partie du blanc de ce calque. La photo en dessous apparait.

A quoi ça va me servir ?

Presque à tout!

La souplesse du montage photo réside dans cette histoire de calques.

L’exercice type est d’assembler plusieurs calques d’images sur fond transparent pour créer un personnage.

Manipuler les calques

Un calque peut être rempli par une couleur ou par “rien” (transparence, appelée canal alpha). On peut également régler l’opacité de ce calque.

  • Pour ajouter un canal alpha à un calque, on fait un clic-droit sur le calque dans la boîte à calque, puis ajouter un canal alpha. On pourra ensuite effacer sur ce calque (avec la gomme, avec la touche suppr après avoir fair une sélection…) pour laisser apparaitre les couches en dessous.
  • Pour rendre le contenu du calque plus ou moins opaque, une barre “opacité” se trouve en haut de la boîte à calque.

On peut dupliquer un calque existant, créer un calque, supprimer un calque ou déplacer un calque.

On peut aussi ajouter une autre image en tant que calque à l’image de départ en faisant Fichier → Ouvrir en tant que calque.

Les formats de fichiers

A partir du moment ou on joue avec les calques, on aura besoin de bien maitriser les notions de transparence.

Si vous récupérez un clipart en format .jpg, il aura forcément un fond de couleur blanc ou noir car ce format de gère pas la transparence autour du clipart.

En revanche, le .gif et le .png savent conserver la transparence.

On peut aussi, tant que ce sont des fichiers de travail et non pas destinés à être envoyés ou relus sur d’autres ordinateurs, utiliser le format par defaut de gimp, le .xcf

Donc, si vous supprimer un fond de couleur et que vous voulez garder cette transparence, enregistrez sous .png :