Close

L’identité numérique

C’est quoi ?

Gérer son identité numérique, c’est réfléchir à toutes ses contributions sur Internet (mails, forums, blogs, commentaires, réseaux…) et les coordonner (se créer plusieurs “casquettes” plus ou moins séparées). Il s’agit aussi de faire attention à votre véritable identité et la façon dont elle est présentée sur Internet: quand on tape votre nom dans Google, qu’est-ce qui s’affiche? Qu’est-ce qui devrait s’afficher?

Quelques règles:

  1. ne pas laisser les autres parler de soi, anticiper si on risque d’être exposé sur Internet
  2. créer une identité publique valorisante (Cv en ligne, entreprise, etc…)
  3. créer et « conserver » une identité privée selon ses sphères (famille, collègues, école…)
  4. résister à la boulimie d’inscriptions partout, ou, au moins, tenir un pense-bête de vos profils sur tous les sites, afin de les effacer au fur et à mesure. Vous seriez contents qu’on tombe sur votre skyblog de collégien quand vous aurez 35 ans?

Pour cela, on utilisera:

  • des pseudos selon les profils. Son nom doit pointer sur la page publique valorisante.
  • des avatars. Les photos doivent se limiter au partage privé entre personnes qui se connaissent (Facebook).
  • un avatar ressemblant et valorisant pourra être utilisé pour le profil public.

Si on tape Germaine Duchmol dans Google et qu’on tombe sur sa page Facebook où elle met les photos de l’anniversaire de mémé et où elle a trop bu, c’est tout mauvais.

Il ne s’agit pas de se créer une identité pour mentir, diffamer… Mais pour protéger votre identité réelle. N’oubliez pas qu’Internet est une sphère publique et qu’en tant que citoyen, ce que vous y faites est régit par les lois de votre pays.

Les pseudos

Le pseudo est un surnom, utile pour ne pas dévoiler ses vrais noms et prénoms. Attention, si vous devenez célèbre, l’un et l’autre se fondent très facilement.

Un exemple de pseudo célèbre: Maitre Eolas ( http://www.maitre-eolas.fr ). Toute la blogosphère connaît son pseudo, mais personne ne sait qui c’est dans la réalité.

Exemple de pseudos inutiles: Kaori prend comme pseudo kaori35 ou lapetitekaodu35.

C’est mauvais parce que:

  • on utilise un numéro qui aide à vous localiser (département, arrondissement)
  • on utilise son prénom, même partiellement, dangereux surtout s’il n’est pas courant

Avec ce genre de pseudo, on peut remonter jusqu’à votre identité réelle.

Bien sûr vous pouvez avoir plusieurs pseudos, libre à vous de ne pas vous y retrouver ensuite.

Il peut être volontaire de coordonner et synchroniser sciemment toutes ses identités: mais votre marge de manœuvre est diminuée, vous devez être “clean” sur tous les fronts.

Les avatars

Un avatar est une photo d’identité pour votre pseudo.

Bien sûr, ne mettez pas une vraie photo si vous n’utilisez pas votre vrai nom (cas d’un CV en ligne, par exemple).

Respectez des règles de bon sens, ne choisissez pas une image qui peut choquer ou prêter à confusion.

Quelques exemples

Je suis collégien à Noël du Fail

Notre jeune collégien veut garder un contact avec ses copains d’école, lesquels se retrouvent sur Facebook, un peu MSN, et il a un skyblog.

Bien entendu, ses copains savent qui il est.

Néanmoins, étant mineur, il prendra garde à utiliser un pseudo et un avatar ne permettant pas de l’identifier, et ne pas renseigner des données personnelles.

Sur Facebook et MSN:

  • Il prendra garde à ne pas activer l’affichage public de sa page Facebook
  • Il n’accepte pas n’importe qui comme ami: les copains des copains qui en fait, ne l’aiment pas mais sont “populaires” dans la cour de récré, ne sont pas forcément bienvenus.

Sur son blog:

  • Il fait attention à ce qu’il dit: il doit respecter les autres, la législation en vigueur, il ne doit pas être identifiable (photos de lui, sous-entendu sur l’école qu’il fréquente, etc…)
  • Il modère les commentaires

Le collégien doit bien identifier:

  • les zones qui sont publiques (commentaires sur le mur des copains qui n’ont pas les mêmes amis que moi, articles et commentaires sur le blog)
  • les zones qui sont privées(conversation sur MSN, tchat sur Facebook)
  • les zones semi-privées (le mur de son profil, accessible pour tout ses “amis”)

Je suis en recherche d’emploi dans le secrétariat médical

Notre secrétaire veut tirer le meilleur parti d’Internet pour trouver un emploi, mais elle s’en sert aussi pour garder un contact avec sa famille et ses amis.

Elle va se créer un CV en ligne, avec son vrai nom, avec une belle photo d’elle.

Quitte à être sur Internet, autant se mettre en valeur.

un futur employeur tombera aussitôt sur cette page en cherchant son nom.

Elle ira sur Facebook, ou le réseau de son choix, pour ses échanges privés.

  • elle préférera un avatar et un pseudo que ses amis et sa famille connaissent.
  • elle activera les paramètres de vie privée sur Facebook.
  • elle demande à sa famille et ses amis de ne pas la tagguer dans les photos avec son vrai nom, et en lui demandant toujours son avis.

Je suis retraité dans le domaine de l ‘horticulture

J’ai envie de partager mon expérience dans ce domaine dans un forum spécialisé, et sur un blog.

Je veux aussi retrouver des vieux copains d’écoles sur copainsdavant, garder un lien avec ma famille.

Sur le forum et sur le blog

  • il arbore un pseudo et un avatar.
  • il est de de bon conseil et très actif, il risque d’être renommé dans son domaine. PapyBegonia9 deviendra une référence de l’horticulture, mais personne ne saura qui il est en réalité.

Sur copainsdavant

  • il est obligé de donner des renseignements personnels pour retrouver des anciens élèves: établissement fréquenté, nom, classe…
  • il prend garde à activer les paramètres de vie privée, et d’établir des liens qu’avec mes vrais anciens amis.
  • une fois les amis retrouvés, il peut toujours continuer les échanges en privé (e-mail?) et quitter le réseau

Je suis une grosse entreprise de fourrures animales

  • J’ai un site internet pour présenter mes activités
  • J’ai un employé qui surveille ma notoriété sur les réseaux sociaux, et assurer un suivi de la clientèle, pour désamorcer ou anticiper les situations de crise.

a retenir

Taper régulièrement son nom ou ses pseudos sur un moteur de recherche, pour vérifier sur quoi ça pointe.

Dans le cas où ça dégénère, sachez que vous avez un droit à l’image (photo…) et que des sociétés se spécialisent dans la gestion des identités numériques ratées.

Pensez aussi à éduquer votre entourage sur ces notions.

Attention, pour un mineur, un nom, une adresse, une école fréquentée, ce sont des données sensibles qui ne doivent apparaître pour personne d’autre que ses contacts réels (et avertis).

La question qu’on doit se poser en permanence avant de publier, d’écrire, d’envoyer un mail, une vidéo, une photo: Qui doit voir cette information?

Pour aller plus loin